Reportages Eric 8..12 (3)

Published on février 17th, 2016 | by leNombriliste

1

Eric Zwiebel, en route pour le concours du Meilleur sommelier du Monde

Le 19 avril prochain, à Mendoza, Eric Zwiebel saura s’il règne en maître sur le monde de la sommellerie internationale. Avant cela, il aura passé plusieurs mois dans la peau d’un sportif de haut niveau afin d’intégrer un nombre colossal d’informations et de réflexes pour le jour J. Tout en continuant à remplir son rôle de chef sommelier au Summer Lodge Hotel, et à courir après sa vie privée. Un chemin de croix pour beaucoup, un sacrifice nécessaire pour cet homme à la passion contagieuse.

Finaliste en 2007, 4 ème en 2013, c’est la troisième tentative de l’Alsacien, qui, ironie du sort, concourra pour la Grande-Bretagne* (où il exerce son métier). Pourquoi se replonger une 3ème fois dans une épreuve aussi difficile ? « Aujourd’hui, il est de plus en plus rare de pouvoir remporter un tel concours sans une grande expérience. Moi ce qui me stimule, c’est l’adrénaline de la performance, l’excitation de la compétition, le challenge, et sûrement une forme d’accomplissement personnel. »

« L’engrenage »

Que de chemin parcouru depuis que son mentor Gérard Basset (qui a ravi le titre en 2010) l’inscrit sans lui en parler dans une petite compétition, dont il ressort 5ème sans vraiment l’avoir préparée. « C’est l’engrenage », nous avoue-t-il. Dans la foulée, il remporte le concours de meilleur sommelier de Grande-Bretagne en 2004, après avoir fini aux secondes places en 2000, 2001, 2002 et 2003. Voilà qui résume bien l’homme et son parcours : de l’abnégation, de la passion, et un mentor, qu’il admire pour son humilité, l’humanité qu’il met dans son métier, et la dynamique qu’il a su impulser au secteur de l’autre côté de la Manche.

Entraînements et sparring partners : le parcours du combattant

3 à 4 heures d’entraînement par jour, mêlant théorie et exercices pratiques, voilà ce qu’il faut pour prétendre au graal mondial. Les épreuves sont multiples : il faut bien sûr être capable de reconnaître un vin, son origine ainsi que son millésime, mais l’exercice ne s’arrête pas là, puisque les spiritueux, thés, et cafés peuvent aussi être au menu du jour. Il faut donc se replonger dans les livres, voyager souvent, goûter sans cesse, et optimiser les moindres recoins de sa mémoire gustative. Eric Zwiebel s’est également entouré de deux « coachs » qui le font travailler sur la partie pratique, où les pièges sont nombreux.

Le premier est maître d’hôtel, spécialiste des arts de la table, et lui apporte un regard extérieur sur la gestuelle, le contact avec la table, et la gestion de l’espace. Le second est sommelier, et est un vrai sparring partner sur la partie plus technique du métier, à même de remettre en question certaines habitudes routinières.

Le jour J

« Ça ressemble beaucoup au patinage artistique, tu t’entraînes pendant des mois, et le jour de la compétition, même si tu souffres, tu fais tes enchaînements, et tu dois absolument garder le sourire. » Souhaitons-lui de connaître le même sort que son glorieux mentor, dernier français élu meilleur sommelier du Monde en 2010.

Tags: , , ,


About the Author

Créateur et contributeur sur Le Bouchon. L'idée ? Prendre du plaisir et découvrir le monde du vin.



One Response to Eric Zwiebel, en route pour le concours du Meilleur sommelier du Monde

  1. klipfel says:

    bravo pour ce courage  » bien de chez nous  » ; alors good luck €ric un hoffentlich

    gewennsch as nett nohme d’€lsassze stoltz sehn , awer d »hasse vum Lothringe , Champagne

    Ardenne aue un de rascht vun de Wald … un e gruss em Serge der ander €lsasser wie aue

    Courageirrt esch .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑

UA-20963718-3